Poste : « Si Longwy résiste ça fera tache d'huile »

Poste : « Si Longwy résiste ça fera tache d'huile »

Posté le 18 octobre 2011 dans Articles de Presse, La Poste, Lorraine

© Le Républicain Lorrain, Mardi le 18 Octobre 2011 / MMN /

En grève depuis huit jours contre la réorganisation programmée du travail, les postiers de l’agglomération de Longwy doivent rencontrer aujourd’hui leur direction. Si aucun accord n’est trouvé, le mouvement pourrait s’étendre.

Huit jours de grève dans les postes de Longwy et toujours pas de déblocage en vue. « Je dirais même qu’on va vers un enlisement », commente François Vuitton, représentant du syndicat Force ouvrière.

Le contexte

Lundi dernier, la direction de La Poste annonce sa volonté de mettre en place des nouveaux horaires d’ouverture des guichets : ouverture à Longwy-Haut le samedi après-midi et fermeture à Longwy-Bas entre 12h et 14h la semaine. La direction invoque une volonté de « mieux servir les usagers qui n’ont pas le temps d’aller aux guichets la semaine ». Les postiers se mettent en grève le lendemain, en dénonçant des horaires qui n’ont « pas de justifications pratiques ».

Bureaux fermés

Conséquence du mouvement de grève, les bureaux sont fermés à Longwy-Bas, Longwy-Haut, Mont-Saint-Martin, Rehon et Mexy. Les services de guichets sont donc inaccessibles au public. Quant à l’envoi du courrier, il fonctionne « cahin-caha sur l’agglomération de Longwy », glisse un syndicaliste. Ce qui voudrait dire que dans les centres de tri, certains collègues sont solidaires des grévistes ?

Des propositions

Les marges de négociations sont très faibles. D’où la persistance du conflit. Mais deux portes sont entrouvertes : les postiers proposent une étude de marché indépendante sur l’intérêt d’ouvrir le samedi après-midi. De son côté, la direction souhaite une ouverture à titre expérimental de la poste de Longwy-Haut le samedi après midi, sans fermer Longwy-Bas. Problème, l’expérience durerait 18 mois, ce qui est « beaucoup trop long » pour les syndicats.

Réunion aujourd’hui

Une réunion cruciale doit se tenir ce mardi matin à Nancy, entre les postiers et la direction départementale. Soit un compromis sera trouvé… soit la grève va s’étendre. En effet, les bureaux de tout le Val de Lorraine (de Longwy à Frouard) ont déposé un préavis de grève à partir du jeudi 20 octobre, dans l’optique d’une extension du mouvement.

« Si Longwy résiste, ça fera tache d’huile, prévient Eric Jacquinet, du syndicat CFTC. Ce ne sont plus seulement les postes des grandes villes qui sont concernées. »

 

Arguments contre arguments

D’un côté, la direction de La Poste avance plusieurs arguments pour justifier sa volonté de modifier les horaires d’ouverture. De l’autre, les grévistes lui opposent les leurs. Le point.

Le point de vue de la direction

« Les services bancaires fonctionneraient le samedi après-midi, tout comme les opérations traditionnelles de guichets (achat de Colissimo, retrait de recommandés, etc.). Il y a donc un intérêt. » ; « La semaine, le courrier ne part pas après 15 h. Pourtant, les fréquentations des bureaux sont bonnes en fin d’après-midi. » ; « Le bureau de Longwy-Haut resterait ouvert entre 12 h et 14 h en semaine. La qualité du service public n’est pas amoindrie. » ; « Le temps de travail n’est pas affecté, seule l’organisation change. » ; « La place Darche à Longwy est commerçante, donc vivante le samedi après-midi. Il y a un potentiel de clientèle. »

Le point de vue des postiers

« Aucune étude locale et impartiale n’a été menée sur le besoin d’ouvrir le bureau de Longwy-Haut le samedi après-midi. » ; « Les bureaux de Metz et Nancy ouverts le samedi après-midi tournent au ralenti. Pourquoi ça marcherait mieux à Longwy, ville qui n’a pas le même potentiel d’usagers ? » ; « Entre 12h et 14h, l’ouverture de Longwy-Bas correspond à une vraie nécessité chez les usagers. Bien plus que l’ouverture du samedi, car le courrier ne part pas le week-end. » ; « La Poste prétend mener une étude sur l’amélioration de la qualité de vie au travail et d’un autre côté, va amputer sérieusement le week-end des employés. » ; « Cette réorganisation hasardeuse s’inscrit dans des conditions de travail déjà bien dégradées. Trois emplois ne seront pas remplacés d’ici la fin de l’année à Longwy. »

 

Effet de foule à Herserange

Le bureau de poste de Herserange n’est pas en grève, contrairement à ceux de Longwy. Du coup, il a été investi par une foule d’usagers hier. « Les guichetiers étaient épuisés, stressés. Parfois ils ont été insultés », commente Regis Crunchant, représentant de la CGT. Il semblerait que le bureau de poste de Longlaville subisse le même sort.