Congrès

19-21 novembre 2013 – La Pommeraye

Motion Générale du 49ème congrès C.F.T.C. des Postes et des Télécommunications*

 

Combattre pour l’emploi

Pour la fédération CFTC des Postes et des Télécoms la priorité donnée par l’Etat et ses diverses structures à une dérégulation non maitrisée s’est globalement traduite par la perte de dizaines de milliers d’emplois, précarisations, régression des classes moyennes… Cette situation est inacceptable.
Il est plus que temps d’inverser cette tendance et cette logique. Cela est possible au moyen d’une politique industrielle responsable reposant sur l’innovation et l’investissement en France.

Pour y parvenir :
La CFTC se mobilise pour le développement de la qualité́ du service rendu aux consommateurs par les entreprises de nos branches, génératrice d’emplois
La CFTC entend organiser la sécurisation de l’emploi là ou les métiers évoluent.
La CFTC exige, au niveau des branches, l’utilisation d’un label de traçabilité sociale permettant d’identifier simplement les entreprises respectant les normes sociales fondamentales.
Au regard de la souffrance au travail vécue par les travailleurs, la CFTC se doit d’être le  porteur et l’ambassadeur de la responsabilité sociale.
La CFTC agit pour remettre la politique de l’emploi au centre des préoccupations des responsables de la politique économique à tous les niveaux, l’entreprise (via les CE ou comités paritaires) la France, négociation nationale et/ou de branches, et l’Europe.
Plus particulièrement pour le secteur postal
La CFTC combat pour garantir un service public postal de qualité et son accès à tous et refuse de se laisser entrainer vers un service universel à l’Européenne.

 

Combattre en faveur des relocalisations

L’utilisation des délocalisations hors de l’Union européenne qui ne vise pas à contribuer au développement des pays tiers, mais à en exploiter la main d’œuvre est moralement condamnable et économiquement létale pour l’économie nationale et européenne.
Les entreprises des secteurs des postes et des télécommunications et des centres d’appels ont principalement des marchés domestiques moralement, il importe que les efforts consentis par les travailleurs européens pour nourrir l’investissement assure le développement de l’emploi au sein de la société́ européenne
La C.F.T.C. combat toutes les pratiques de dumping social.

Pour y parvenir la CFTC revendique:
L’arrêt total des délocalisations hors de l’Union européenne
La ré́-internalisation des fonctions sous-traitées et délocalisées
La mise en place d’un dispositif de taxes favorisant la préférence communautaire

 

Combattre pour les salaires et les rémunérations :

Dans nos sociétés contemporaines qui ont fait le choix d’une totale marchandisation des rapports sociaux et humains, il n’est pas possible de survivre sans revenu.
En outre, tous les systèmes de solidarité́ (allocations familiales, sécurité́ sociale, chômage, retraite, handicap) sont financés par des prélèvements sur les revenus du travail.
Dans la guerre économique qui fait toujours rage à l’échelle planétaire, la mondialisation et les règles actuelles de l’OMC servent de prétexte pour que les entreprises, jouant la facilité, fassent porter sur les personnels l’essentiel des adaptations en termes de couts. D’où une volonté́ patronale de tirer sans cesse les niveaux de salaires et de rétribution – là ou les outils de rétribution sont mis en place- vers le bas, vers le moins disant salarial. Ceci est incompatible avec le respect dû à la valeur travail fournie par chaque personne et remet également en cause la légitimité́ globale du travail au sein de la société́.

Pour y parvenir :
La CFTC revendique que les négociations annuelles obligatoires débouchent pour tous à minima sur un rattrapage de l’inflation et sur une juste répartition de la progression de la richesse créée entre les salariés, les actionnaires et l’investissement.
La CFTC se bat pour que les personnels fonctionnaires qui n’en bénéficient pas encore bénéficient de la prise en charge d’une partie conséquente de leurs cotisations mutuelles santé et vie complémentaire, avec maintien des avantages fiscaux.
La CFTC négocie pour que des échelles de salaires suivant les niveaux de responsabilités et suivant l’ancienneté́ soient mises en place dans toutes les branches et soient étendues.
La CFTC se bat pour que les définitions de postes ou d’emplois liées aux niveaux de responsabilités et donc de salaires soient identiques d’une entreprise à une autre au sein d’une même branche et que les classifications des personnels concernés soient similaires
La CFTC entend imposer que les primes et parts variables quand elles existent soient sortis des minimas de branches annuels.
La CFTC lutte pour que l’attribution des primes et parts variables repose sur des critères négociés, objectifs réalistes et atteignables, connus de tous, et quelles ne soient pas source de stress et de souffrance au travail (avec des possibilités de recours, par ex. en commission de médiation en cas de litige).
La CFTC exige la mise en place de l’interressement et de la participation dans toutes les entreprises même les plus petites
La CFTC exige l’égalité salariale pour un même niveau de responsabilité quelque soit le statut des personnels

Plus particulièrement pour l’Outre mer
La C.F.T.C. constatant à nouveau le déséquilibre entre les prix en outre-mer et la métropole
demande avec force à ce que l’Etat s’interroge et trouve des solutions visant à améliorer la qualité de vie de tous les ultra-marins qui ne peuvent se contenter d’un climat agréable et d’une mer généreuse.

 

Egalité Homme Femme

La logique de convaincre plutôt que de contraindre ayant atteint ses limites la CFTC réclame que le principe « A travail égal, salaire égal » soit réellement appliquée entre les hommes et les femmes. »

Pour y parvenir :
La CFTC demande que les entreprises qui n’auront pas abouti à la conclusion d’un accord supprimant les écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes, ne soient plus exonérées des charges sociales.
Actuellement, les femmes sont les premières salariées touchées par les contrats à temps partiels, la CFTC exige une limitation des cas de recours au temps partiel et aux horaires atypiques et réaffirme que les CDI Temps pleins doivent rester la norme.

 

Combattre le mal être dans l’entreprise

L’opinion publique a pris conscience de l’ampleur du mal être dans les entreprises françaises à l’occasion de la révélation par la presse d’une terrible vague de suicides qui frappe La Poste après avoir frappé France Télécom et d’autres entreprises depuis de nombreuses années.

Pour y parvenir :
La CFTC dénonce et récuse le management utilisant la souffrance des salariés.
La CFTC refuse que la variable d’ajustement soit toujours le salarié. La priorité doit être le respect de la Personne.
La CFTC combat la neutralisation des IRP par la rétention d’informations.
La CFTC lutte contre toute organisation du travail permettant l’application brutale des décisions de l’entreprise
La CFTC s’oppose aux conditions de travail qui menacent la santé et la sécurité des travailleurs et empêchent l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée
La CFTC s’oppose à toute forme de travail dissimulé.
La CFTC combat toute forme de mobilités forcées.
La CFTC continue, notamment à La Poste,  au delà de l’accord cadre sur la qualité de vie au travail son action visant à garantir le respect de la Personne et le bienêtre au travail.
La CFTC au travers de ses équipes négocie dans les entreprises des accords portant sur des aides aux familles et aux personnes notamment en matière d’horaires de travail et d’accompagnement social.

 

Protéger les Seniors

Depuis toujours, la CFTC milite pour que chaque salarié puisse exercer son métier dans la dignité. L’emploi des seniors, encore plus en ces périodes de crises, devient un véritable enjeu de société́.
Il est à constater que le taux d’emploi des seniors est très faible en France.
La C.F.T.C. exige le maintien dans l’emploi des seniors et l’arrêt de la discrimination à l’embauche des plus de 45 ans. Cette problématique est d’autant plus vive dans nos secteurs d’activité et nos entreprises au personnel vieillissant.

Pour y parvenir :
La CFTC entend imposer des accords « Seniors » supérieurs à l’accord interprofessionnel
La CFTC se bat dans le cadre des prérogatives des Comités d’Entreprises et des Comités Techniques pour imposer et contrôler la non discrimination à l’embauche en raison de l’âge.
La CFTC se bat pour obtenir une amélioration du taux d’emploi des seniors
La CFTC négocie pour que des accords GPEC motivants soient signés dans les entreprises et exige qu’ils soient respectés
La CFTC demande que la VAE (validation des Acquis de l’Expérience) dont la procédure est complexe fasse l’objet d’une simplification. Cette procédure concerne les seniors comme les autres.
La CFTC fera tout pour que le DIF (Droit Individuel à la Formation), ou son successeur, ne puisse être refusé aux séniors en faisant la demande.
La CFTC demande la mise en œuvre obligatoire de dispositifs d’accompagnement de fin de carrière.

 

Retraite

L’allongement de l’espérance de vie ne s’accompagne malheureusement pas d’un allongement de l’espérance de vie en bonne santé. La Fédération demande l’ouverture d’une réelle négociation sur la dépendance et soutient la Confédération dans son juste combat en la matière.
Pour la CFTC La retraite est une période de temps libre après une longue période de travail et donne droit à un revenu qui procure aux personnes âgées l’autonomie financière. Elle doit permettre d’envisager la vieillesse comme une nouvelle phase à part entière de la vie.
Le système français est un système par répartition.
Par leurs cotisations, les actifs paient les pensions des retraités et acquièrent des droits pour leur propre retraite qui leur sera payée par les générations suivantes. Ce système doit être pérennisé.

Pour y parvenir :
La CFTC demande au Gouvernement de ne pas opposer les systèmes les uns aux autres.
La CFTC demande le maintien de l’âge pivot à 60 ans pour les travailleurs disposant  d’un nombre de trimestres nécessaires pour partir à la retraite avec un taux plein.
La CFTC demande un élargissement de l’assiette des cotisations tel qu’il permette au plus grand nombre d’accéder à une retraite à taux plein.
La CFTC revendique le relèvement du taux de la pension de reversions au moins à 60 % sans distinction de régimes et sans conditions de ressources.
La CFTC revendique la possibilité́ de pouvoir continuer à bénéficier de la mutuelle santé et vie complémentaire de son entreprise à des conditions avantageuses.
La CFTC revendique que le « minimum contributif » soit relevé́ pour que les retraités perçoivent au moins le SMIC.
La CFTC demande que les retraités non ou faiblement imposables puissent percevoir des aides directes ou indirectes pour employer des personnes à domicile
La CFTC exige que concernant le temps partiel, les salariés du secteur privé et du secteur public, désirant cotiser sur la base d’un salaire reconstitué à temps plein, pour les cotisations retraites de la sécurité́ sociale et complémentaire, puissent le faire. Pour la CFTC les employeurs doivent être obligés d’accéder à cette demande et doivent cotiser également sur cette base reconstituée.
La CFTC demande la prise en compte dans le calcul des droits à retraite, de tous les temps de vie et présence familiale avec interruption de l’activité salariée.
La CFTC revendique le maintien de l’âge de perception de la retraite de réversion à 55 ans.
La CFTC revendique que les aides à la dépendance ne soient pas d éduites de la succession.

 

Défendre le pluralisme syndical donc la démocratie

La Loi d’aout 2008 a imposé de nouveaux critères pour déterminer la représentativité́ des organisations syndicales. Notre CFTC a démontré qu’elle avait toute sa place lors de la première mesure de la représentativité aussi bien au niveau Fédéral que Confédéral.
Pour conforter et améliorer la représentativité de la CFTC :
La Fédération et ses structures accentuent leur lobbying auprès des responsables des entreprises.
La Fédération, tout en priorisant d’abord une action uniquement sous les couleurs C.F.T.C. ne s’interdit pas, si nécessaire, des stratégies d’alliances à plusieurs niveaux pouvant s’adapter à toutes les situations.
A chaque niveau syndical territorial, les structures définissent les axes et les argumentaires à développer auprès des personnels, en cohérence globale entre les différents niveaux, de l’équipe à la fédération en passant par l’interpro.
La Fédération et ses structures priorisent une politique d’enracinement afin de sécuriser les implantations actuelles et définit des stratégies d’implantations dans les zones et secteurs à fort potentiel.
Conformément aux orientations de la Confédération, la Fédération met les moyens humains financiers et organisationnels au service des sections d’entreprises en liaison avec les syndicats et l’ensemble des composantes de l’action syndicale C.F.T.C.
La CFTC demande l’élection des membres des CHS CT au suffrage direct.

* Cette Motion Générale sera accompagnée tout au long du mandat par des fiches de « mise en œuvre » élaborées en concertation avec les sections d’entreprises et à destination de celles-ci et des syndicats